fbpx
back

Boostez votre motivation : comment triompher du flemmard qui sommeille en vous

« Cette année, tout change! » Au début du mois de janvier, les bonnes résolutions sont légion : bouger davantage, se nourrir plus sainement, renoncer aux mauvaises habitudes… À plus long terme, on dépasse rarement le stade de la résolution car le flemmard qui sommeille en nous reprend le dessus. Il existe cependant de bonnes méthodes pour renforcer notre force de volonté et le réduire durablement au silence.

Conseil n° 1:
Prendre conscience de ce qui nous motive

En matière d’autodiscipline, le plus important est de connaître son « pourquoi » personnel et de prendre conscience de ses propres motivations. En effet, notre flemmard intérieur nous freine surtout quand nous ne prenons pas nos résolutions de notre propre initiative. Il est donc utile de nous demander, avant tout, ce que nous voulons vraiment atteindre en nous fixant un but : celui-ci doit vouloir dire quelque chose, voire avoir un sens profond pour nous. Si penser à l’objectif nous enthousiasme et nous motive, il y a de bonnes chances que nous parvenions à l’atteindre.

Conseil n° 2:
Visualiser les objectifs

Nous n’avons vraiment envie de réaliser une bonne résolution que lorsque ses conséquences positives nous apportent une véritable valeur absolue. Il peut donc être utile d’imaginer ses résultats, de se voir atteindre le sommet de la montagne grâce à une meilleure endurance, rentrer à nouveau dans sa robe préférée parce qu’on a minci, s’offrir une nouvelle chance avec une formation continue. Les images peuvent aider à imaginer les objectifs personnels. L’anticipation des émotions positives est aussi une bonne source de motivation. Imaginer ce que nous ressentons peut ainsi aider à faire taire notre flemmard intérieur.

Conseil n° 3:
Quantifier les objectifs

Seuls les objectifs clairement fixés sont atteignables. Plus une résolution est précise, plus elle a de chances d’être effectivement réalisée. De nombreuses études confirment que l’on s’attache plus aux objectifs formulés spécifiquement et mesurables qu’aux vagues intentions. Une formulation claire, par exemple « dès maintenant, j’irai faire une demi-heure de jogging chaque mardi et chaque jeudi » engage nettement plus que « je vais faire plus de sport cette année ». Plus besoin de négocier avec son flemmard intérieur.

Conseil n° 4:
Éviter le surmenage

Les objectifs sont là pour nous encourager, pas pour nous surmener. Le flemmard qui sommeille en nous ne tarde pas à relever la tête si nos objectifs sont réalistes ou trop ambitieux. Il est utile de penser sur le long terme et d’être patient avec soi-même, en particulier en matière de sport. Les néophytes ne sont pas obligés de courir le semi-marathon tout de suite ; ils ont plutôt intérêt à se remettre en forme petit à petit. Les objectifs atteints accroissent la motivation, qui est la meilleure condition pour placer plus haut la barre des objectifs suivants.

Conseil n° 5: Élaborer un plan d’action

Le flemmard intérieur aime bien se poser sur le canapé et repousser les activités au lendemain. Pour l’en empêcher, on peut définir des comportements précis qui mèneront au but. Plus le plan d’action est contraignant, plus tôt on établira une routine stable. Il faut aussi établir à l’avance des stratégies pour surmonter les obstacles : si on ne peut pas aller courir dehors à cause du mauvais temps, il y a toujours le sport en salle, ou simplement une séance dans une salle de fitness.

Conseil n° 6: Fêter les petits pas

Si nous avons tenu nos résolutions pendant un certain temps et atteint un objectif « d’étape », nous avons droit à une récompense, par exemple une journée au spa. Se promettre une bonne chose aide à garder sa motivation. Les enregistreurs d’activité physique aident aussi à fêter les jalons sportifs. Quand les résultats et les projets sont ainsi rendus visibles, il est souvent plus facile de continuer.

Les nouveaux comportements se transforment en routine quand on les répète encore et encore. Des chercheurs de l’University College de Londres ont découvert qu’il fallait en moyenne 66 jours pour acquérir une nouvelle habitude. Dès que la routine s’installe, le flemmard intérieur a plus de mal à se faire entendre. En attendant, il faut s’astreindre à persévérer jusqu’à ce que le nouveau comportement soit devenu complètement machinal.