fbpx
back

Le calcium : un minéral vital

1. Pourquoi le calcium est-il si important ?

Le calcium n’est pas uniquement un élément vital, mais il est également le minéral le plus présent dans le corps humain : il représente à lui seul environ 1 kg, ce qui le classe dans la catégorie des macro-éléments. Environ 99 % du calcium se présente sous la forme de composés phosphorés (hydroxyapatite) dans le tissu osseux et dans les dents. La part restante (1 %) du calcium est répartie entre le sang et les espaces extracellulaires, c’est-à-dire la substance entre les cellules. Le calcium assure de nombreuses fonctions dans l’organisme : il est notamment responsable de la minéralisation des os et des dents ainsi que de la formation des tissus durs. Un apport en calcium suffisant est essentiel pour une croissance saine et le bon fonctionnement du métabolisme. Il est également impliqué dans la coagulation sanguine et dans de nombreux processus relatifs aux cellules, aux muscles et au système nerveux.

 

2. Comment fonctionne le métabolisme du calcium ?

Le métabolisme du calcium désigne l’ensemble des processus liés à l’absorption, à la répartition, au stockage et à l’excrétion du calcium. L’objectif du métabolisme du calcium est d’établir une sorte d’équilibre des ions calcium dans tous les fluides corporels (homéostasie = effort physiologique permettant de maintenir un équilibre).

Trois hormones sont impliquées dans la régulation du métabolisme du calcium :

· Parathormone
· Calcitriol (issu de la vitamine D3)
· Calcitonine

Ces trois hormones ont une influence sur la résorption du calcium dans l’intestin grêle, l’excrétion du calcium via l’urine ainsi que l’absorption ou la libération du calcium dans les os.

Si le taux de calcium est bas, davantage de parathormone est produite et libérée dans les cellules parathyroïdiennes. La parathormone atteint alors les reins, où elle stimule la production de calcitriol. La parathormone et le calcitriol favorisent tous deux la libération du calcium issu du squelette dans les os. Dans l’intestin grêle, le calcitriol favorise l’absorption du calcium, tandis que la parathormone présente dans les reins réduit l’excrétion du calcium. Par conséquent, le taux de calcium augmente, permettant ainsi de rétablir l’équilibre en calcium.

À l’inverse, si le taux de calcium est élevé, davantage de calcitonine est libérée par les cellules C de la glande thyroïde. Au niveau des os, la calcitonine inhibe la libération du calcium issu du squelette. Cette dernière stimule également l’excrétion du calcium dans les reins. Grâce à ces deux mécanismes, la calcitonine réduit la concentration en calcium et rétablit l’équilibre dans l’organisme.

En cas de faible écart par rapport à cet équilibre, les mécanismes de compensation de l’intestin et des reins suffisent généralement à le rétablir. Lorsque ces mécanismes de régulation échouent, le calcium est libéré par les os, entraînant ainsi une perte de masse osseuse.

De manière générale, la vitamine D est nécessaire à l’absorption du calcium, car elle constitue un précurseur de la calcitonine. La concentration de calcium dans le sang est comprise entre 2,1 mmol/l et 2,6 mmol/l chez les personnes en bonne santé.

3. Pourquoi l’organisme a-t-il besoin du calcium ?

L’ensemble de la masse osseuse du corps représente entre 12 % et 15 % du poids corporel, cette masse étant légèrement inférieure chez les femmes par rapport aux hommes. La masse osseuse correspond à tous les composants du système squelettique. La composante minérale constitue le « matériau » de formation des os et contient principalement du calcium. Les os contiennent également de la moelle osseuse, le périoste, des tissus corporels graisseux et hématopoïétiques, des nerfs, des vaisseaux sanguins ainsi que du sang et du liquide tissulaire.

Le tissu osseux se « renouvelle » également à intervalles définis. Concrètement, cela signifie que le renouvellement cellulaire permet de remplacer les anciennes cellules par de nouvelles. Chaque année, les ostéoclastes éliminent environ huit à dix pour cent de l’ancien tissu osseux, tandis que les ostéoblastes le reconstruisent.

La vitesse à laquelle ce processus permet de renouveler l’ensemble du squelette dépend de l’équilibre hormonal et peut diminuer avec l’âge.

Les dents et la mâchoire

Les dents se composent principalement de dentine, une substance dure similaire à de l’os. La dentine est constituée à environ 30 % d’une substance de base sans cellules contenant des fibres de collagène et des minéraux, dont le calcium. Celui-ci est également indispensable pour l’émail, qui est constitué à 97 % d’un composé de phosphore-calcium (hydroxyapatite). Il est également important que les dents, qui sont fréquemment soumises à des contraintes mécaniques, soient solidement ancrées dans la mâchoire. Seul un apport suffisant en calcium permet de garantir durablement la stabilité des os de la mâchoire.

Nerfs et muscles

Le calcium est l’un des éléments responsables de la transmission des stimuli nerveux et donc de l’excitabilité et du contrôle des nerfs et des muscles. Seul l’afflux d’ions calcium dans les muscles génère une contraction. Une carence en calcium peut donc se traduire par des tremblements musculaires ou des crampes, par exemple.

Coagulation sanguine

Des facteurs de coagulation sont notamment impliqués dans les processus complexes liés à la coagulation sanguine. Il s’agit ici de protéines, qui sont séparées et activées dans certaines conditions. Ces facteurs de coagulation déclenchent alors une « cascade de coagulation » (un procédé coordonné au cours duquel les facteurs de coagulation s’activent dans un ordre défini et amorcent certains processus enzymatiques), qui constitue la base de la coagulation sanguine plasmolytique. Il existe douze facteurs de coagulation différents, tous numérotés avec des chiffres romains. Le calcium correspond au facteur IV.

4. Carence et surdose de calcium

Les besoins en calcium s’élèvent habituellement à 1 000 mg/jour pour un adulte. Ceux-ci ne peuvent pas toujours être couverts par l’alimentation. Une carence en calcium peut être due à des facteurs temporaires (grossesse ou allaitement, par exemple) ou à des facteurs permanents tels qu’une prédisposition génétique. Dans les deux cas, un test sanguin fournit des indications permettant d’adapter son alimentation et de déterminer s’il est nécessaire de recourir à des compléments alimentaires à base de calcium.

5. Les causes possibles d’une carence en calcium

· Alimentation pauvre en calcium
· Carence en vitamine D favorisant l’absorption du calcium
· Prédisposition génétique
· Troubles hormonaux
· Certaines maladies (par exemple affectant la glande thyroïde ou les reins)
· Consommation d’alcool élevée
· Tabagisme
· Sport de haut niveau
· Certains médicaments (diurétiques, cortisone, antiépileptiques)
· Hyperphosphatémie (taux de phosphate dans le sang trop élevé)

Voici quelques conseils pour garantir un bon apport en calcium.

 

6. Les conseils pour un bon apport en calcium.

Une quantité suffisante de vitamine D

La vitamine D est indispensable à la bonne absorption du minéral, car elle est responsable de l’assimilation du calcium dans les intestins et de son transport dans le sang. La vitamine D n’est que faiblement absorbée par le biais de l’alimentation (beurre, poissons gras). Celle-ci est principalement produite par le corps lui-même sous l’influence des rayons du soleil.

Un rapport phosphate-calcium adéquat

Le rapport phosphate-calcium doit être adéquat de façon à ce que l’organisme n’absorbe pas plus de phosphore que de calcium. Pourquoi ? L’organisme cherche toujours à établir une concentration en calcium/phosphate équilibrée. Si la concentration en phosphate est supérieure à la concentration en calcium, l’organisme puise dans les réserves de calcium (par exemple les os) afin de rétablir un rapport équilibré. Étant donné que le phosphate est beaucoup mieux absorbé par l’organisme (environ 60 %), ce dernier doit absorber environ deux fois plus de calcium pour éviter tout déséquilibre. Non seulement le phosphate est mieux absorbé, mais il est également présent dans de nombreux aliments (viande, saucisse, boissons au cola, produits finis) quel que soit le régime alimentaire.

La vitamine K et la vitamine C

La vitamine K joue également un rôle dans l’utilisation optimale du calcium. Les protéines couplées à la vitamine K lient le calcium, améliorant ainsi l’intégration du calcium à la substance osseuse. La vitamine C stimule les ostéoblastes (cellules responsables de la construction des os).

Éviter les inhibiteurs calciques

Certains nutriments inhibent l’absorption du calcium, principalement l’acide oxalique et la phytine, en plus du phosphate. Le calcium forme des complexes difficilement solubles avec la phytine et l’acide oxalique. La phytine est par exemple présente dans les céréales fraîchement concassées. L’acide oxalique peut être trouvé dans les blettes, les épinards, le chocolat, la rhubarbe ou encore la betterave rouge.